Recherche

Recherche

Bienvenue sur la page « Recherche » de la CCIA. Cette section est conçue pour faire avancer l’innovation et les recherches menées par la CCIA, ou ses organismes partenaires. Vous trouverez ici des rapports complets portant sur des études de traçabilité menées partout dans le monde (actuelles et plus anciennes). Comprenez mieux les tests rigoureux intervenant dans le processus d’approbation de la technologie de traçabilité et découvrez comment les boucles passent d’une idée à un produit approuvé que les éleveurs utilisent tous les jours.

Dans le Projet de traçabilité 030452 nous avons étudié l’utilisation des stations de lecture des RFID portables pour recueillir des données concernant des mouvements aperçus dans des sites de regroupement éloignés. Chaque lecteur portable fonctionnait sur pile et était rechargé par énergie solaire. Les dispositifs pouvaient stocker et transmettre des données à un serveur de la CCIA à l’aide de modems cellulaires. Ces lecteurs étaient conçus pour résister aux conditions extérieures difficiles et rester fonctionnels sans intervention humaine. Ils ont été placés dans divers endroits afin d’obtenir un environnement d’élevages bovins commerciaux et de race dans les régions éloignées. Les événements aperçus sont les suivants : la collecte du numéro d’identification unique de l’animal, du site unique ainsi que la date/l’heure de la collecte. Ces informations sont un instantané des données concernant l’animal à ce moment précis.

Les lecteurs étaient placés le long de mangeoires minérales/de sel qui attirent les animaux et scannent automatiquement les boucles. Plus un animal apparaît, plus les données sont mises à jour et plus nous pouvons déterminer des tendances, comme celles des animaux à se regrouper. Les lecteurs étaient conçus pour capturer des données de base, y compris l’heure, la date, le numéro de boucle et le site.

Le projet a été une excellente façon de prouver la légitimité et la fiabilité de l’équipement et de la technologie. Il a en outre permis de soulever un ensemble de questions techniques et de nouvelles politiques à envisager. Nous pouvons maintenant confirmer la valeur des lecteurs autonomes en pâturage comme étant des collecteurs de données éprouvés d’événements aperçus. Nous prévoyons de continuer pour affiner et prolonger nos résultats pour soutenir un réseau élargi de lecteurs dans les pâturages.

Le projet a été financé par Agriculture et Agroalimentaire Canada, Cultivons l'avenir 2.

Pour lire l’intégralité de l’étude (en anglais), cliquer ici.

Dans le Projet de traçabilité 031350, nous avons eu l’opportunité d’étudier des données relatives au mouvement des moutons recueillies pendant un an, au moyen d’un système de traçabilité de bonne foi. Les données nous ont généreusement été fournies par la Scottish Electronic ID authority (ScotEID) : la référence absolue en matière de système de traçabilité de bonne foi. Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir accès aux données d’un tel système de qualité. Le mouvement des moutons en Écosse est relativement similaire à celui du bétail au Canada et, selon nous, il convenait pour tester la théorie visant à utiliser des données relatives à des événements aperçus dans un système de traçabilité.

En analysant les données, nous avons rapidement découvert qu’environ 30 % étaient en fait considérées comme « aperçues » plutôt que des signalements de mouvement.

Signalement d’observation = Sert à signaler le numéro d’identification prélevé d’un identificateur d’animal approuvé porté par un animal qui a été observé à un endroit défini à un jour donné.

Signalement de mouvement = Les animaux voyagent avec un document de mouvement; le site de destination a la responsabilité de déclarer l’arrivée des animaux (avec quelques exceptions).

Nous avons pu établir que les données relatives aux observations pouvaient encore être incroyablement précieuses, et que le signalement des mouvements n’était pas toujours nécessaire à 100 %. Le signalement d’observation peut nous aider à mieux comprendre le mouvement d’un animal dans notre chaîne d’approvisionnement en se passant des étapes supplémentaires nécessaires pour remplir un rapport de mouvement complet. Ce rapport prouve la valeur tangible du signalement d’observation et de sa fonctionnalité dans un système de référence absolu.

Projet financé par Alberta Agriculture and Forestry.

Pour lire l’intégralité de l’étude (en anglais), cliquer ici.

Deux comités de l’Agence canadienne d’Identification du bétail (CCIA) soit; le Comité de mise en oeuvre du bétail (CIP) et le Comité consultatif technique (TAC) ont tra­vaillé ensemble pour former un sous-comité pour réaliser une étude de rétention des étiquettes d’oreilles chez les bovins immergée une variété d’environnements au Cana­da. L’étude se voulait d’être un moyen de mieux détermin­er les taux de rétention à long terme et d’opérabilité de chaque étiquette d’identification radio fréquence (RFID) approuvée pour les bovins de boucherie qui sont utilisées au Canada et d’aborder les questions suivantes :

  • L’efficacité et la viabilité à long terme des types d’éti­quettes approuvées disponibles ainsi que les mécanismes de fermeture couramment utilisés par la fabrication d’étiquettes distribuées au Canada; et
  • La rétention faible, connue chez les animaux qui sont sujets aux divers maillons de la chaîne de production, qui affecte la précision et la disponibilité des données de traçabilité du bétail, influençant le temps de réponse en cas d’urgence (p. ex., flambée de maladie animale, inon­dations, tornades, rappel des compléments alimentaires contaminés).

Le projet national d’étude de la rétention des étiquettes a été financé grâce au soutien d’Agriculture et Agroali­mentaire Canada en 2011 et 2012. En 2013, CCIA a reçu des fonds grâce à l’assurance des priorités du programme Agri-marketing sous Cultivons l’Avenir 2, une entente fédérale/provinciale/territoriale, pour terminer les deux dernières années de l’étude.

Cliquez pour voir le rapport final

Cliquez pour voir l'affiche

Projet de recherche national : Étude sur les systèmes d’identification par radiofréquence dans les établissements de vente aux enchères du bétail au Canada – 2010

En juillet 2009, les ministres de l’agriculture provincial, territorial et fédéral ont tenu une réunion à Niagara-on-the-Lake, en Ontario, et ont convenu qu'un système national de traçabilité du bétail était d’une importance capitale à la gestion du bien-être des animaux, à la salubrité des aliments, à un meilleur accès aux marchés internationaux ainsi qu'à un rendement accru dans l’industrie. Tous les participants se sont mis d’accord pour mettre sur pied un système obligatoire de traçabilité des animaux d'ici 2011 au Canada. L’identification des animaux, l’identification des installations et le suivi des déplacements des animaux constituent les éléments clés d’un système de traçabilité. Le suivi intégral des déplacements des animaux, troisième pilier de la traçabilité, exigera des investissements technologiques considérables ainsi que des modifications importantes à l'infrastructure actuelle.

Cette étude a été réalisée grâce au soutien financier d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, dans le cadre du programme « Cultivons l’avenir ». Le projet de recherche visait à évaluer l’impact de la mise en œuvre de systèmes électroniques de lecture RFID dans les établissements de vente aux enchères, afin de pouvoir faire le suivi des déplacements des animaux.

Dans le cadre du projet de recherche, nous avons mis en œuvre huit nouveaux systèmes RFID, de trois fabricants, dans les emplacements suivants : dans l’aire de réception, devant l’aire de vente et à la sortie de l’aire de vente. Un établissement qui possédait déjà son système de lecture RFID a aussi contribué à la cueillette des données. Un logiciel sur mesure, mis au point pour les sites d’essai, recueillait les numéros d’étiquettes des lecteurs RFID; après évaluation des données, les renseignements étaient transmis, sous forme de rapport, au Canadian Livestock Tracking System (CLTS). Il y avait trois types de systèmes dans notre étude : couloir simple, couloir double et couloir large. Les lecteurs RFID ont fait la lecture des étiquettes de plus de 144 197 têtes de bétail, dans 31 376 groupes, sur une période de onze semaines, c’est-à-dire entre le 5 octobre et le 20 décembre 2009.

Cliquez pour voir le résumé

Cliquez pour voir le rapport final

Résumé de la deuxième phase Projet de Recherche National : Étude sur les systèmes d’identification par radiofréquence dans les établissements de vente aux enchères et les postes d’achat au Canada – 2011

La deuxième phase de l’étude visait à poursuivre l’évaluation des systèmes RFID, en intégrant le logiciel de cueillette des numéros d’étiquettes et de transmission des données au logiciel de l’entreprise. Grâce à cette intégration, les numéros d'étiquettes pouvaient paraître sur les factures des consignateurs et des acheteurs, ainsi que sur les relevés de transactions. Dans certains cas, il était également possible de fournir aux acheteurs des renseignements sur l’âge des animaux. Nous avons ajouté deux nouveaux types d’équipement matériel RFID : le système à quatre panneaux et le système à couloir double à voies multiples muni d’un crayon-lecteur optique à long manche. Le projet s’est déroulé sur une période de 30 semaines, de septembre 2010 à mars 2011, et 107 423 groupes et 393 474 têtes de bétail ont été numérisés. Nous avons évalué les systèmes intégrés selon les trois critères suivants :

  1. Impact sur la rapidité du commerce (efficacité);
  2. Efficacité et rendement du logiciel quant à la cueillette et la communication des numéros d’étiquettes;
  3. Précision de la lecture hebdomadaire et de l'ensemble des lectures (rendement).

Nous avons également évalué les objectifs suivants :

  1. Cerner le potentiel de création de valeur pour les entreprises au niveau opérationnel.
  2. Déterminer si les systèmes RFID pouvaient éventuellement causer des blessures et des maladies aux employés et aux animaux.
  3. Documenter les coûts d’investissement, les frais d’exploitation et les coûts permanents d’administration et de maintenance associés à l’utilisation de la technologie de cueillette et de transmission des numéros d’étiquettes RFID, conformément au plan national du déplacement des animaux (National Animal Movement Plan) de l’industrie canadienne du bétail, en matière de traçabilité.

Le projet de recherche, effectué en plusieurs étapes, a été réalisé grâce au soutien financier d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, dans le cadre du programme « Cultivons l’avenir ». Cette étude visait à évaluer l’impact de la mise en oeuvre de systèmes de lecture RFID (identification par radiofréquence) dans les établissements de vente aux enchères, afin de pouvoir faire le suivi des déplacements des animaux.

Cliquez pour voir le résumé

Cliquez pour voir le rapport final

Étude sur les logiciels non intégrés utilisés avec les systèmes RFID dans les marchés de vente aux enchères et les postes d’achat au Canada

La Canadian Cattle Identification Agency (agence canadienne d’identification du bétail) a commandité un projet de recherche à phases multiples afin d'évaluer l'incidence des systèmes RFID sur les marchés de vente aux enchères et les postes d'achat. Au cours des deux premières phases de la recherche, nous avons déterminé l’efficacité et le rendement de l’équipement matériel et avons évalué différents types de logiciels visant à enregistrer et à communiquer les données. Le présent rapport fait état de la dernière phase de la recherche, soit l’étude de logiciels non intégrés servant à enregistrer et à transmettre les numéros d’étiquettes.

La première phase de l’étude visait à valider le bien-fondé du matériel RFID. Nous avons conclu que l'équipement matériel faisait preuve d’efficacité et offrait un bon rendement en ce qui a trait à la cueillette des numéros d’étiquettes RFID. L’emplacement du système avait une incidence sur la rapidité du commerce, lorsque le système ne faisait pas partie du processus opérationnel normal. La précision globale de la lecture a atteint 93 % au cours de la première phase. Au total, 144 197 têtes de bétail ont été numérisées, en 31 736 groupes, à l’aide de neuf systèmes. Le personnel affecté au projet faisait fonctionner les ordinateurs portatifs, qui étaient dotés d'un logiciel personnalisé.

À la deuxième phase, nous avons évalué l’intégration du logiciel aux systèmes de l’entreprise. Nous avons conclu que les systèmes intégrés, dotés d'un logiciel lié aux systèmes de l’entreprise, étaient compliqués et coûtaient cher. De plus, les exploitants des sites d’essai n’ont constaté aucun avantage pour les acheteurs, ni pour les consignateurs, ni pour l’entreprise elle-même. La précision de lecture a atteint une moyenne globale de 89 %, soit une diminution, en raison des erreurs liées au logiciel et du fait qu’un des sites a connu de nombreux problèmes relatifs au système. Au total, 393 474 têtes de bétail ont été numérisées, en plus de 107 423 groupes.

Le type de logiciel utilisé pour la cueillette et la communication des numéros d’étiquettes constitue la variable d’intérêt des systèmes RFID. Le processus opérationnel et les déplacements des animaux sont propres à chaque établissement. Il n’existe donc pas de solution logicielle et matérielle qui répond aux besoins de tous. Nous avons évalué trois logiciels de cueillette des numéros d’étiquettes au cours de la deuxième phase. La première option tient compte des processus utilisés à la première phase. La deuxième option reflète les processus de la deuxième phase, et la troisième option représente un amalgame des deux étapes, que nous avons davantage mis à l’essai à la phase 2 B. Le rapport de la deuxième phase indique que le logiciel utilisé à la deuxième option (logiciel intégré aux systèmes de gestion) a la plus grande incidence sur la rapidité du commerce, les coûts et les exigences de main d’oeuvre. Nous avons également conclu que, lorsque nous évaluons un seul rapport de déplacements qui ne comprend pas de renseignements au sujet des consignateurs et des groupes, il est évident que la troisième option, soit le logiciel autonome non intégré, entraîne le moins de conséquences et de coûts pour l’industrie. Le nombre total d’étiquettes numérisées au cours de la journée constitue les seules données enregistrées dans le cadre de la troisième option. Aucune liste de consignateurs ni de numéros de groupe n'est produite.

Étant donné les résultats prometteurs liés à la troisième option de la deuxième phase, nous avons recommandé des essais supplémentaires du logiciel non intégré. Six des sites d’essai initiaux se sont portés volontaires pour continuer à tester le logiciel de fonctionnalités de base, qui ne s’intégrait pas aux systèmes de l’entreprise.

L’objectif était d’enregistrer les déplacements des animaux au cours d’une période de 24 heures, plutôt que d’en rendre compte par groupes individuels. Les sites d’essai ont utilisé l’équipement matériel de la deuxième phase, mais ils se sont tous servis d’un logiciel non intégré, installé sur un ordinateur portatif ou sur un ordinateur de bureau. Le système a généré un seul rapport, indiquant le nombre total de bovins qui ont défilé au sein de l’établissement au cours de la journée, sans fournir de renseignements au sujet des consignateurs ou du nombre d'animaux par groupe. Nous avons procédé à l’évaluation dans six marchés de vente aux enchères, sur une période de 15 semaines, du début septembre à la fin novembre 2011. Au total, nous avons numérisé 118 200 têtes de bétail durant 15 semaines.

Cliquez pour voir le résumé

Cliquez pour voir le rapport final

Scroll Up